Retour accueil

Livret Scolaire Unique (numérique) : de quoi parle-t-on ?!

mardi 10 janvier 2017

Au cours de cette année scolaire, ce LSU est en cours de généralisation. De quoi s’agit-il ? Quelle posture adopter en tant que professionnel ? En tant que citoyen-ne ? En tant que parent d’élève entre 6 et 16 ans ?

L’essentiel des infos dans ce dossier et dans notre lettre d’infos numérique n° 22 du 10 janvier 2017.

Le logiciel fourni par le ministère n’est pas abouti et sa connexion directe avec Base élèves n’est pas pour nous rassurer. Le LSU se veut « un outil simple et précis pour rendre compte aux parents des acquis et des progrès de leurs enfants et restituer ainsi une évaluation plus complète et exigeante. »

- Le ministère veut-il souligner le manque de clarté et de pertinence des livrets que chaque équipe construit ?

- Est-ce pertinent de simplifier le livret au point de ne pas pouvoir évaluer « les éléments de programme » mais seulement « les domaines d’enseignement » ?

- Pourquoi alors ne pas nous fournir un logiciel externe, non connecté à BASE élèves et que les enseignants n’auraient pas à remplir en ligne ?

Un logiciel qui nous fournirait une trame que chaque équipe compléterait à sa guise et qui s’adapterait aux pratiques pédagogiques de chacun-e, et que l’on imprimerait pour fournir aux familles ?

Engagé à marche forcée, sans retour d’expérimentations, sans accompagnement, sans garantie sur la confidentialité, le LSU qui interroge l’évaluation en lien avec les programmes n’apparaît pas en adéquation avec la réalité des écoles. En aucun cas le LSU ne doit être un outil qui permettrait de surveiller, ficher, comparer élèves, enseignant-es mais aussi écoles, ni représenter une surcharge de travail pour les enseignant-es et des directrices et directeurs. Le SNUipp-FSU continue de porter sa demande de moratoire. Il soutiendra les collègues qui ne renseigneront pas LSU, préférant les outils qui leur semblent les plus appropriés et portera en janvier auprès du ministère toutes les remontées de terrain.

D’autre part, on nous demande de remplir le LSU pour évaluer les compétences des élèves mais aussi pour renseigner leurs parcours : parcours citoyen, parcours d’éducation artistique et culturelle et parcours de santé. Les remplir n’instaurera-t-il pas une école à deux vitesses, par exemple les écoles dotées de plus de moyens pour accompagner les élèves dans leur parcours culturels et les autres ?

Le syndicat demande depuis la rentrée 2016 la publication du bilan de la phase test opérée par le ministère au printemps dernier. Lors du dernier CSE, il a refusé de voter l’arrêté réglementant le LSU du fait d’un trop grand nombre d’incertitudes concernant la confidentialité des données, la charge de travail pour les enseignants et les directeurs, la lisibilité pour les parents et l’intérêt pédagogique pour les élèves.

À cette rentrée, aucune circulaire ministérielle précisant l’ensemble des principes et des modalités de sécurisation de ce dispositif n’est parue. Le tutoriel disponible sur Eduscol, en PDF et en vidéo sans voix off, n’est pas un outil qui permet de lever les incertitudes du syndicat.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

JPEG - 23.4 ko Tél : 05 63 03 57 81 et 06 82 30 11 88
E-mail : snu82 [at] snuipp.fr
Adresse : 23 Grand’Rue Sapiac - 82000 Montauban (plan d’accès)