Retour accueil

Vous êtes actuellement : Lettres d’infos numériques  / 2019-2020 


n°34 du 5 mars

consultation nationale / 8 mars / Coronavirus/ RESF

jeudi 5 mars 2020

1- Consultation nationale (le SNUipp s’y met).

2- 6,7 et 8 mars : Journée internationale du droit des femmes.

3- Coronavirus.

4- RESF 82 : cercle du silence.

1- Consultation nationale (le SNUipp s’y met).

PNG - 101.3 ko

« On va faire quelque chose de totalement inédit au mois de mars, une grande enquête par Internet qui va nous permettre, auprès des 850.000 professeurs, de connaître à la fois leur ressenti, leurs préconisations, leurs idées, leur volonté », a dit le Ministre sur France Inter le 25 Février dernier. Une enquête « anonyme » et « confidentielle » menée entre les 3 et le 17 mars où « tous les professeurs pourront dire ce qu’ils attendent » de l’évolution de leur métier.

Pour être inédit, c’est inédit ! Tellement « anonyme » et « confidentiel » que, rapidement, on s’est tous rendus compte que le lien qui nous avait été envoyé ce 3 mars sur nos adresses professionnelles académiques permettait d’accéder à un questionnaire qu’on pouvait valider sans y répondre, valider une fois et y répondre une deuxième fois (voire autant qu’on veut), un questionnaire que l’on pouvait faire remplir par des amis, parents, enfants – ou dit autrement un questionnaire auquel n’importe quel troll macroniste pouvait avoir accès pour répondre aux desiderata ministériels...

Pas besoin d’être prof de maths pour comprendre que la légitimité de ce machin est nulle. Qu’il sera impossible de le valider statistiquement.

Alors chacun et chacune pourra s’amuser à demander des licornes et des capes d’invisibilité, au point où on en est ...

Jean-Michel Blanquer, comme à l’accoutumée, noie le poisson et gagne du temps comme pour la consultation des attendus de cycle, ou la consultation des directeurs (dont on attend toujours les effets) et feint de ne pas connaître le malaise de la profession. Et cela permet de zapper la revalorisation "historique" et la question de la réforme des retraites.

Il faudrait vite revenir à la raison.

Le SNUipp-FSU se propose pour compléter le très lacunaire questionnaire ministériel avec les questions qu’il n’a pas voulu (osé) poser.

Saisissons-nous de ce questionnaire sans langue de bois et répondons ce que nous pensons vraiment ! (c’est là et c’est fait en quelques clics).

2- 6, 7 et 8 mars : actions et lutte pour les droits des femmes.

« Refuser et dénoncer les violences, la dévalorisation du travail des femmes, la précarité, le travail invisible domestique quotidien ou encore la réforme des retraites qui pénalisera particulièrement les femmes ». Autant de sujets portés par un large collectif associatif et syndical, dont la FSU, appelant à des mobilisations tout au long du week-end, du 6 au 8 mars.

Plusieurs initiatives sont organisées :

- VENDREDI 6 MARS : 12h30 Rassemblement devant la préfecture à Montauban (tract intersyndical ICI)
- VENDREDI 6 MARS : 18h30 - Soirée théâtre organisée par la commission Culture de la CGT 82
- SAMEDI 7 MARS : DROIT DES FEMMES à partir de 9h stand et actions place Pénélope à Montauban (UDAF82 / Planning familial / Espace et vie...)
-  DIMANCHE 8 MARS : 11h - Marche + pique-nique - Jardin des plantes (infos précises EN CLIQUANT ICI)

PNG - 54.2 ko

3- Coronavirus.

En atteignant le stade 2, et sans doute bientôt le stade 3, l’épidémie de coronavirus entraîne une gestion régulièrement ajustée par les pouvoirs publics. Pas toujours simple de s’y retrouver dans les écoles.

La responsabilité de l’Éducation nationale dans le cadre de la gestion d’une crise épidémique avec l’accueil collectif de 12 millions d’élèves et près d’un million de personnels est forcément particulière. Aussi le ministère a-t-il actionné une cellule de « crise » permettant un suivi quotidien du nombre de cas d’infection parmi les élèves et les personnels comme des cas de confinement.

A ce jour, 377 cas ont été recensés pour 6 morts. Il reste bien entendu de la responsabilité du ministère de la Santé, en lien avec les services du Premier ministre, de prendre toutes les décisions globales sur les mesures à prendre pour contenir la propagation du virus.

Le Ministère met à disposition sur son site des informations actualiséespour les écoles et les personnels.

Fermeture des écoles ? C’est non pour JM Blanquer.

Ce matin, sur BFMTV, alors que de nombreux pays ont annoncé la fermeture temporaire des écoles (Inde, Italie, Japon, Corée du Sud ...) le ministre a déclaré que même en cas de stade 3, les écoles de France, hors cas particulier, ne fermeraient pas. Malgré les risques majeurs de contamination pour les personnels, JM Blanquer argue que dans un réflexion globale et systémique, il faut permettre aux travailleurs de garder leurs enfants. Dont acte.

Placement en « quatorzaine » : c’est terminé ou presque.

Dimanche 1er mars, les autorités sanitaires ont décidé la fin de la mise en quatorzaine de prévention pour les personnes revenant de la plus grande partie des zones à risque. En effet, une note pointe le fait que « le virus circulant déjà sur notre territoire, il n’y a plus de raison de confiner des personnes revenant de zones exposées à une circulation active du virus. Ces contraintes destinées à éviter l’entrée du virus en France n’ont plus lieu d’être et en particulier, les élèves et les personnels en retour de Lombardie et de Vénétie vont pouvoir retourner à l’école ».

Pour les personnels ? Le droit de retrait, c’est toujours non.

Les recours à la « quatorzaine » n’auraient entraîné aucune incidence salariale, ni jour de carence, quel que soit le statut, fonctionnaire ou contractuel a répondu le ministère aux organisations syndicales. Il aurait suffit d’avertir à distance la hiérarchie et de fournir quelques éléments justifiant les déplacements ou un certificat médical pour un enfant de moins de 16 ans qui serait concerné, par exemple de retour d’un voyage scolaire. La position administrative serait une autorisation exceptionnelle d’absence et non un congé maladie. Le justificatif de quarantaine notifié individuellement arrivant a posteriori. Le ministère envisage également de privilégier des solutions de télétravail lorsque c’est possible. Ce qui pour les enseignants de primaire semble, pour le moins, très irréaliste, et sans doute tout autant dans le secondaire…

Face à l’inquiétude grandissante des personnels, JM Blanquer a déclaré ce matin que le droit de retrait ne pourra pas s’appliquer en ce qui concerne l’épidémie de Coronavirus.

Un CHSCT Académique exceptionnel aura lieu demain à Toulouse, cette situation devrait y être largement évoquée.

Qu’en est-il des voyages scolaires ?

Depuis le week-end dernier, tous les voyages scolaires prévus pour l’étranger et en France, dans les zones "clusters", doivent être interrompus. S’agissant des voyages sur le territoire national, ils peuvent se poursuivre normalement. Il convient néanmoins de s’assurer qu’aucun transit ou escale dans les « clusters » identifiés sur le territoire national n’est prévu au cours du voyage. Pour autant le gouvernement a décidé que « l’ensemble des voyages scolaires n’avait pas vocation à être interrompu ». Il convient donc de procéder à l’examen particulier de chaque voyage en cours, en se référant aux consignes du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, notamment au regard de la situation épidémiologique de destination ainsi que celle des éventuelles zones de transit. Il convient également de tenir compte des mesures restrictives éventuelles prises par les autorités locales restreignant le cas échéant l’activité sociale et l’accueil des voyages scolaires et/ou des ressortissants français.

Moyens matériels dans les écoles

Au-delà des affichettes à destination des familles, le ministère dit travailler avec les collectivités locales pour la mise à disposition de savon (le gel hydro alcoolique serait moins performant) et de serviettes en papier. Les masques seront destinés uniquement aux personnels de santé ou pour les personnes atteintes par le virus.

Il diffuse également une foire aux questions, accessible sur son site, ainsi que deux circulaires, une sur la continuité pédagogique et une autre à venir, sur les mesures à prendre en cas de passage à un autre stade de propagation du virus.

JPEG - 61.5 ko

4- RESF : cercle du silence.

JPEG - 30.6 ko

Comme tous les premiers vendredis du mois, RESF organise un cercle du silence le 6 mars, à 18h, sur l’esplanade des fontaines à Montauban.

La solidarité doit continuer, ils et elles en ont grandement besoin !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

JPEG - 23.4 ko Tél : 05 63 03 57 81 et 06 82 30 11 88
E-mail : snu82 [at] snuipp.fr
Adresse : 23 Grand’Rue Sapiac - 82000 Montauban (plan d’accès)