Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualités 


Etats généraux du numérique : prudence

lundi 21 septembre 2020

Les IEN ont invité par mail ou lors des réunions de directeurs les équipes des écoles à participer à la préparation des États généraux du numérique organisés par le ministère les 4 et 5 novembre.

Outre le fait que cela constitue une nouvelle tâche supplémentaire, la présentation qui en est faite est très variable suivant les IEN : certains indiquant clairement que cette participation est facultative quand d’autres omettent de le signaler pour laisser croire qu’elle est obligatoire ; certains demandent d’en faire l’objet d’un conseil des maîtres quand d’autres demandent un simple retour par mail…

- La promesse d’une grande messe départementale le 30 septembre ne rend pas la chose plus attractive, on peut penser que, comme bien souvent, les résultats de ces Etats Généraux sont déjà écrits !

Nous proposons quelques éléments de réflexion destinés à aider les équipes en mettant en avant des aspects qu’il nous semble important d’avoir à l’esprit.

Il ne s’agit pas de nier qu’ordinateurs et outils numériques, parce qu’ils sont devenus incontournables dans la société d’aujourd’hui, ont toute leur place à l’école. Il s’agit de s’interroger d’interroger leur rôle dans la pédagogie et de refuser la pensée magique qui les instituerait en solution miracle à tous les maux. Nous affirmons par ailleurs que le numérique est l’un des leviers que JM Blanquer instrumentalise pour transformer l’école et mener à bien son projet de destruction de l’Ecole Publique.

La fermeture des écoles au printemps a conduit chacun·e d’entre nous à inventer dans l’urgence la continuité scolaire à distance en faisant un usage intensif des outils numériques. Si ces outils ont permis aux enseignant.es de travailler autrement, des questionnements, des problématiques et des limites ont émergé, notamment liés à la fracture numérique et au creusement des inégalités, à l’accentuation de la ségrégation sociale. Le problème qui a surgi pendant le confinement est l’accentuation des inégalités de départ, avec le repli sur la sphère familiale et domestique, notamment pour les enfants des familles socialement défavorisées qui ne possèdent pas les codes de l’école.

Par ailleurs, pour JM Blanquer, le numérique est l’outil qui doit lui permettre d’imposer l’individualisation, comme modèle dans les apprentissages, une véritable obsession pour lui.

Or, là encore, plusieurs études en attestent, l’individualisation renforce les inégalités. S’il est utilisé comme un outil commun, avec un projet collectif, le numérique peut être source d’ouverture et de partage. Mais il ne s’agit pas, ici, de croire ou de faire croire que le numérique pourra solutionner des difficultés récurrentes. Que l’on soit en distanciel ou en présentiel, le numérique ne peut être qu’un outil comme tout autre outil pédagogique mis à disposition des enseignant.es et des élèves.

- Pour le SNUipp-FSU, l’école doit rester le lieu de la socialisation et des interactions qui permettent à chacun-e d’avancer dans une dynamique collective. Les enfants ont besoin d’un adulte pédagogue qui encadre et médiatise leurs apprentissages.

Gardons aussi à l’esprit que les nouvelles technologies ne sont pas neutres : quand les enseignant·es pensent pédagogie et apprendre à vivre ensemble pour faire société, d’autres brassent des millions et rêvent de gains colossaux.

Car l’éducation est un marché et celui du numérique éducatif est en plein essor. Le numérique peut devenir la clé qui ouvrira l’école à la marchandisation, qui permettra de céder des pans entiers du système éducatif à la sphère privée. La marchandisation de l’éducation, à l’œuvre déjà depuis longtemps en ce qui concerne le "marché" du soutien scolaire, échappant à tout débat démocratique, transforme celle-ci en un bien de consommation comme les autres et conduit les politiques scolaires à organiser toujours plus la concurrence.

Le SNUipp-FSU combat cette vision libérale de l’école et œuvrera à la construction d’un service public du numérique scolaire, ouvert à toutes et tous, où l’acquisition des savoirs permettra aux enfants d’aujourd’hui de devenir des citoyen·nes éclairé·es en prise sur le monde.

Le SNUipp-FSU 82 :

- rappelle que ces contributions ne sont pas obligatoires ;

- vous invite à faire preuve collectivement d’un regard critique si vous participez à ces Etats Généraux.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

JPEG - 23.4 ko Tél : 05 63 03 57 81 et 06 82 30 11 88
E-mail : snu82 [at] snuipp.fr
Adresse : 23 Grand’Rue Sapiac - 82000 Montauban (plan d’accès)