Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carrière  / Congés et absences 


La médecine de prévention : qu’est-ce que c’est ?

mardi 18 mai 2021

Focus sur un désert médical...

Notre département a la "chance" d’avoir 1/4 temps de médecin de prévention, exercé par le Dr Andrieu.

Son rôle ?

- Assurer le suivi médical des agents

- Prévenir les risques professionnels

Pendant de la médecine du travail dans le secteur privé, le service de médecine de prévention dans la Fonction publique joue un rôle essentiel en matière de santé au travail et de prévention des risques professionnels.

Spécialisé en médecine du travail, le médecin de prévention agit à la fois sur l’environnement professionnel pour éviter toute altération de la santé dans le cadre du travail et sur la surveillance médicale des agents. Il peut diriger une équipe pluridisciplinaire composée d’infirmiers, de psychologues du travail, d’ergonomes...

L’employeur public a des obligations en matière de santé au travail et de prévention des risques. C’est à lui de garantir une bonne santé professionnelle à l’ensemble des personnels de l’Éducation Nationale.

Cela crée aussi des droits pour les tous les agents qui devraient bénéficier sur leur temps de travail d’une visite médicale obligatoire tous les cinq ans et chaque année pour les personnels soumis à une surveillance médicale particulière… une obligation impossible à assurer en l’état actuel de la médecine de prévention et de l’incapacité du ministère de l’Éducation Nationale à pourvoir tous les postes de médecins.

Deux missions essentielles :

  • Assurer le suivi médical des agents

L’activité du médecin de prévention s’étend de la visite médicale quinquennale à la surveillance médicale particulière. Il peut recevoir des agents (titulaires ou contractuel-les, enseignant-es, AESH) à leur demande ou bien à la demande de l’administration. Les femmes enceintes, les agents en situation de handicap ou souffrant d’une pathologie chronique doivent faire l’objet d’un suivi régulier.

De nouveaux risques professionnels se posent avec l’allongement des carrières (troubles musculosquelettiques, fatigue professionnelle…), cette évolution doit s’inscrire dans le plan de prévention pour mieux gérer les fins de carrière.

Vous pouvez demander à rencontrer le médecin de prévention pour des difficultés graves : allègement de service, mi-temps thérapeutique, congé longue durée, inaptitude, retraite pour invalidité… ou dans le cadre de mobilité pour raisons de santé.

Le médecin de prévention donne également un avis à la demande de l’agent sur un retour à l’emploi suite à des soucis importants de santé ou suite à la naissance d’un enfant.

Pour contacter le médecin de prévention, le Dr Jacques Andrieu pour notre département : il faut envoyer un mail sur l’adresse medecin-de-prevention@ac-toulouse.fr , on peut également appeler au 05.36.25.83.63

ICI : la page académique de la médecine de prévention

  • Prévenir les risques professionnels

La prévention des risques professionnels doit constituer un tiers du temps de travail du médecin de prévention.

L’organisation de campagnes de santé publique pour sensibiliser les personnels aux risques auxquels ils sont exposés entre dans ce cadre, comme les actions de sensibilisation sur la voix ou l’audition. Les risques psychosociaux sont les risques les plus fréquents chez les enseignants du premier degré, notamment les problèmes relationnels ou la surcharge de travail. Il ne suffit pas d’en parler, il faut agir !

Le médecin de prévention aide à analyser les causes des arrêts de travail (consécutifs ou non à des accidents de service ou de trajet), dans l’objectif de supprimer les risques. Cela passe aussi par l’information et la formation des enseignants pour qu’ils aient conscience de tout ce qui peut faire obstacle à leur bien-être au travail.

Le médecin de prévention est chargé aussi de l’aménagement des postes en lien avec le service Correspondant handicap du Rectorat, par exemple. Il a toute sa place au sein des travaux des CHSCT (académique et départemental), afin d’y apporter un regard d’expert sur la qualité de vie au travail.

L’avis du SNUipp-FSU82 sur la situation dans notre département et notre académie :

- L’insuffisance criante du nombre de médecins a des conséquences sur le suivi des agents. En effet, il faudrait 1 médecin pour 3 000 agents, soit 17 postes a minima pour l’académie de Toulouse qui compte 52 000 agents... à comparer avec les 2,5 actuels !

- La mise en place des équipes pluridisciplinaires est freinée par le manque de moyens humains. L’équipe existante se concentre sur le Rectorat, ce qui l’éloigne du terrain et impose des contraintes de trajets aux personnels concernés.

- La disparition annoncée des CHSCT en janvier 2023 pose la question du devenir du travail amorcé au cours des dix dernières années de fonctionnement dans le domaine de la prévention en matière de santé et sécurité au travail. Le risque est important de n’avoir comme seul recours que celui du Tribunal Administratif pour réussir à faire valoir les droits des agents.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

JPEG - 23.4 ko Tél : 05 63 03 57 81 et 06 82 30 11 88
E-mail : snu82 [at] snuipp.fr
Adresse : 23 Grand’Rue Sapiac - 82000 Montauban (plan d’accès)